Pathologies et traitements

Hallux valgus

C’est la déviation du gros orteil sur son axe formant une angulation avec le 1er métatarsien sous-jacent. Parfois enflammé et douloureux au contact de la chaussure, son mauvais positionnement entraîne une répercussion sur la marche par perte de la propulsion.

Traitements :
  • attelle de nuit rigide
  • orthoplastie de protection
  • semelles de soutien pour libérer l’articulation du gros orteil
Métatarsalgie

C’est une douleur sous l’avant pied conséquente d’un excès de pression et un mauvais appui du pied par rapport au sol.

Traitement :

semelles de correction de l’arche interne

Maladie de Morton

C’est une douleur située généralement entre le 3ème espace inter métatarsien due à la compression du nerf plantaire interne mais présentant souvent un caractère mécanique.

Traitement :

semelles pour décharger la partie douloureuse associée à une orthoplastie type écarteur

Fracture de fatigue

C’est une hyper sollicitation osseuse localisée, différente d’une vraie fracture par microtraumatismes répétés avec augmentation de la charge.

Traitement :

repos et semelles de décharge avec matériau dur sur la déviation du pied et matériau mou sur la fracture par confection d’un couloir de dépression.

Talagie

Douleur sous la face plantaire du talon caractérisée par une aponévrosite d’insertion confirmée par la présence d’un éperon osseux à la radio.

Traitement :

semelles mécaniques pour aller dans le sens de la levée de tension associé à des matériaux techniques antivibratoires.

Tendinite d’Achille

C’est une perte de l’élasticité du tendon d’Achille souvent associée à une bascule des appuis au sol. L’inflammation répétée peut entraîner la rupture du tendon.

11347639 – achilles tendon problems

Traitement :

semelles mécaniques pour détendre le système extenseur

Entorse de cheville

La stabilité active de la cheville par le Long péronier latéral et passive par le Ligament latéral externe n’est plus assurée. Le mécanisme pouvant se faire aussi bien en valgus qu’en varus de l’arrière pied.

Traitement :

semelle de correction du trouble statique

Troubles de croissance osseuse

Ce sont des phénomènes naturels qui apparaissent au cours de l’adolescence et qui impactent différents os du pied : sésamoïde/scaphoïde/calcanéum. On parlera de Sésamoïdite, maladie de Koheler et maladie de Sever.

Traitement :

semelle de correction avec contrôle/décharge des zones algiques

Polyarthrite rhumatoïde

C’est un rhumatisme inflammatoire qui détruit le système ostéo-articulaire avec, au niveau du pied, déformations et atteintes des orteils. On retrouve toujours une atteinte positionnelle et mécanique dans la PR.

Genou

Siège de nombreuses douleurs soit osseuses soit des stabilisateurs qui l’entoure :  les traitements podologiques des pathologies du genou sont aussi nombreuses que diversifiées. Il faudra, après un examen minutieux des axes, du mouvement et en contre résistance palpatoire, trouver le plan de semelles adaptées pour faire céder la douleur du patient, deux patients présentant la même localisation de douleur pouvant se traiter de façon opposée.

Hanche

Comme le genou, la hanche peut présenter de nombreux sièges de douleur. C’est une articulation concordante mais pas congruante. Debout, la tête fémorale est découverte et perd de la surface portante. L’appui du pied au sol modifie par contrainte de force la situation de la tête fémorale dans la hanche.

  • L’arthrose de la hanche ou coxarthrose : c’est l’usure de la tête fémorale présentant différents points de contacts anormaux qui déclenchent la douleur. Le podologue traite ces contacts en « ouvrant »  ou « rentrant » la tête fémorale par des semelles dites d’inversion ou éversion ou un couplage des deux.
  • Tendinite du moyen fessier : c’est l’étirement exagéré et finalement inflammatoire de ce muscle par une inégalité de longueur, un positionnement hanché ou un excès de rotation interne de fémur à la marche qui va décider du traitement.
     
  • Tendinite des adducteurs ou pubalgie basse : la région de l’aine est souvent le siège de douleurs mécaniques par inégalité de longueur ou de typologie en varum. Les adducteurs sont inactifs lorsque la hanche est fléchie et actifs lorsque celle ci est en extension. Le traitement podologique doit donc se comprendre en fonction de la position du pied par rapport à la hanche pendant le déroulé du pas.
     
  • Pubalgie haute : quand l’équilibre du bassin n’est plus respecté avec relâchement de la sangle abdominale et inégalité, les muscles grands droits et obliques font mal par déséquilibres croisés avec les adducteurs. Le traitement podologique ira dans le sens de l’ensemble des causes et du mauvais positionnement du bassin.
     
  • Fessalgie : peut être due à une contracture du pyramidal avec participation du tronc sciatique.
Dos

On ne parlera ici que de douleurs mécaniques, ayant éliminé toutes causes inflammatoires, organiques, infectieuses, ou viscérales.

  • La lombalgie commune : siège de tensions par déséquilibre musculaire avec schéma positionnel de bassin inadapté et/ou inégalité de longueur, contact du disque intervertébral ou d’arthrose, la lombalgie constitue un des motifs de consultation le plus répandu au cabinet de podologie. La perte d’épaisseur du disque entraîne une perte de mobilité et d’amortissement. On retrouvera très fréquemment un phénomène de courbures en « S » avec des zones de convexité et concavité. Les hernies par compressions nerveuses sont fréquentes entraînant des troubles fonctionnels de la marche. Le traitement sera au plus proche de la cause en modifiant les appuis plantaires dans les trois de l’espace par des semelles adaptées.
  • Dorsalgie : mécaniquement, on retrouve la maladie de Scheuermann qui est une inversion de la courbure du dos avec pincement antérieur des vertèbres.
  • Cervicalgie : elles sont d’origines musculaires mais aussi peuvent être irradiantes et déclencher des migraines ophtalmiques ou des sciatiques du bras par compression nerveuse entre deux vertèbres