L’enfant

La consultation

Le jeune enfant, présente des pathologies telles que l’inégalité de croissance, le mal au dos, la chute, une mauvaise position, un trouble rotatoire à la marche ou une douleur de croissance.
[vc_video link= »https://www.youtube.com/watch?v=PWZud6DouT4″]
[vc_separator style= »style-4″]
On ne connait pas le devenir du pied de l’enfant. Est il plat physiologique ou déjà plat pathologique ?

À sa naissance, le pied de l’enfant représente 15% de sa taille à l’âge adulte. À 8 ans, le pied a sa forme définitive.

En âge osseux, la croissance se termine environ vers 15 ans chez la fille et 17 chez le garçon.

Le pied plat physiologique de l’enfant se corrige tout seul par le jeu de la croissance et des torsions même si l’enfant naît en typologie pied plat avec un début de voûte interne, la marche se situant vers 12-18 mois.

Si l’enfant marche plutôt en typologie pied creux et sur la pointe, il existe des risques de pathologie neurologique et le podologue doit orienter le jeune enfant vers un spécialiste car le cas ne relève plus de la biomécanique.

En revanche, si l’enfant marche en pied plat et sur la pointe, il n’y a pas à s’inquiéter, l’enfant retrouvera l’appui du talon, néanmoins il faudra toujours vérifier si le responsable n’est pas un tendon d’Achille trop court.

[vc_single_image image= »3304″ img_size= »full »]
[vc_separator style= »style-4″]
[vc_single_image image= »3305″ img_size= »full »]

La norme

La croissance de l’enfant s’effectue de la façon suivante :

  • genou varum (en dehors) puis valgum (en dedans) pied plat
  • 8 ans, pied peu ossifié, cartilagineux, laxe, marche instable

L’enfant ne peut pas marcher comme un adulte, c’est une période d’apprentissage. Après 8 ans, les mauvaises positions articulaires sont irrécupérables par les forces musculaires naturelles et le pied reste plat à vie.

Néanmoins le pied n’est pas fait pour être plat sinon il n’y aurait pas d’action de ressort et de contre réaction à l’excès de gravité qui nous attire vers le sol.

La maturation de la marche et du squelette osseux s’effectuant vers 12 ans, il est bon d’appareiller tôt par semelles correctrices pour désappareiller tôt de façon à protéger les structures passives : ligaments, fascias, tendons en attendant que le système musculo squelettique arrive à maturation.

Le pied doit donc être suivi et transformé en non plat pour permettre une marche harmonieuse et sans conséquences douloureuses.

Il n’existe pas de tendinites chez l’enfant mais des pathologies de croissance.

[vc_separator style= »style-4″ margin_top= »20″ margin_bottom= »50″]

Les traitements

Le podologue devra exécuter au moins trois tests pour apprécier le pied de l’enfant :
Test de Jack : flexion dorsale du gros orteil pour voir si la voûte se creuse.
Test sur pointe bipodale : la position des arrières pieds doit se corriger.
Test unipodal : on recherche l’oscillation du pied.
Sachant qu’on se tient debout sans activité musculaire, sauf le muscle soléaire, si le traitement de la position du pied de l’enfant nécessite une semelle orthopédique, celle ci va activer immédiatement les circuits neuro musculaires pour créer le mouvement.

La chaussure de l’enfant ne devra pas être ni trop dure ni trop molle.

Si l’enfant présente une scoliose avec inégalité, le but est d’éliminer les torsions entre les vertèbres donc de rééquilibrer la scoliose et son attitude scoliotique avec des semelles correctrices en jouant sur les convexités et concavités de la colonne vertébrale.

En conclusion, on ne peut pas corriger le pied plat de l’enfant après 8 ans, mais le podologue peut le faire fonctionner au plus près possible de la norme en changeant le mauvais geste du pas, sinon on risque de faire une décompensation à l’âge adulte : tendinite, arthrose…

[vc_single_image image= »3306″ img_size= »full »]